Pour mon premier Mauriac, c'est une déception.

INCIPIT

Pendant des années, Raymond Courrèges avait nourri l'espoir de retrouver sur sa route cette Maria Cross dont il souhaitait ardemment de tirer vengeance.

14

LE DEBUT

Alors qu'il entre dans un club de Paris où il a ses habitudes, Raymond Courrèges aperçoit une femme qu'il a connue dix-sept ans auparavant durant son adolescence à Bordeaux. Il la rencontrait alors régulièrement dans le tramway et constatait qu'elle n'était pas indifférente à ses regards appuyés. Lorsqu'ils entament enfin la conversation, il comprend rapidement qu'elle n'est autre qu'une patiente de son père, médecin, dont il parle beaucoup, un peu trop même...

MON AVIS

Je n'ai pas vraiment aimé. Le style d'abord : des allers-retours parfois sans transition entre présent et passé ; l'intervention, parfois bizarre, de la conjugaison au présent dans un texte rédigé au passé (un truc qui m'exaspère). Sinon les phrases sont belles et fluides. Et puis le fond. Il n'y a pas vraiment d'histoire là-dedans : un fils, un père, amoureux d'une femme qui se refusent à eux ; le portrait d'une femme, pas vraiment sympathique, une "allumeuse" dirait-on aujourd'hui, qui séduit mais n'éprouve pas de désir et ne consomme pas. Les deux hommes semblent lui en faire un vif reproche. Comme s'il allait de soi qu'une femme doit se donner, et avec enthousiasme, s'il vous plaît ! Ce qui m'agace davantage dans le personnage de Maria, plus que sa froideur, c'est son vide, sa vacuité, sa bêtise en somme...

Désabusé, assez misogyne, le roman semble dire que l'amour est une illusion, un fiasco programmé. Mais j'ai plutôt eu l'impression d'avoir affaire à deux handicapés du sentiment, effectivement imperméables à l'amour. Le père se réfugie dans le "confort" du "bonheur conjugal", pas si mal après tout ; et le fils devient un serial séducteur. Et puis tous les deux en font des tonnes (= un roman), juste pour une rencontre, une femme qui ne s'est pas pliée à leur désir, une femme qu'ils ont à peine connue ! Peut-on qualifier de tels "non-événements" d'amour-passion ? Il faut passer à autre chose, il faut oublier. Quels rancuniers ! En fait aucun des trois personnages n'éveille votre intérêt ou votre compassion. Et moi j'ai besoin d'aimer ! 

Les histoires d'amour finissent mal en général, comme dit la chanson. Surtout pour ceux qui n'ouvrent pas leur coeur.

Et ce roman ne m'a rien apporté.

CE QU'EN DIT WIKIPEDIA

Le Désert de l'amour est un roman de François Mauriac publié en 1925 aux éditions Grasset et ayant reçu l'année suivante le Grand prix du roman de l'Académie française.

Mauriac écrit ce roman du début de l'année 1924 à septembre 1924. Il est tout d'abord publié sous forme de feuilleton dans La Revue de Paris. Il reprend certains personnages aperçus dans Le Fleuve de feu et Le Baiser au lépreux et en développe l'histoire et les personnalités.

00a

MES EXTRAITS FAVORIS

Mais que ce fût la main de sa mère ou celle de sa femme sur son front, le docteur retrouvait cette sécurité de quand il était un enfant malade ; il se réjouissait de ce qu'il ne mourrait pas seul ; il pensait que la mort devait être ce qu'il y a de plus simple au monde dans la chambre d'un acajou familier où notre mère, notre femme se forcent à sourire ; et le goût du dernier moment est masqué par elles comme celui de tout autre remède amer. Oui, s'en aller tout enveloppé de ce mensonge, savoir être dupe...

ENRICHISSONS NOTRE VOCABULAIRE

Algabeno : José García Rodríguez dit « El Algabeño », né le 21 septembre 1875 à La Algaba (Espagne), mort le 7 janvier 1947 à Séville (Espagne), est un matador espagnol.

CuadrillaCuadrilla ou quadrille est un terme de la tauromachie désignant l'équipe de toreros placés sous les ordres du matador et qui affrontent, à pied ou à cheval, le taureau. Cette équipe se compose de trois peones et de deux picadors.

Fuentes : Antonio Fuentes y Zurita, plus connu sous l'apodo « Antonio Fuentes », né le 15 mars 1869 à Séville (Espagne), mort le 9 mai 1938 à Séville, était un matador espagnol.

HémoptysieL'hémoptysie est un rejet, à l'occasion d'effort de toux, de sang provenant des voies aériennes sous-glottiques. Ce sang est rouge, aéré (contrairement au sang de l'hématémèse qui est moins oxygéné et plus foncé), en quantité très variable en fonction des causes. Ce symptôme peut témoigner de maladies sous-jacentes variées mais potentiellement graves, qu'il convient de ne jamais négliger : toute hémoptysie, quelle que soit son abondance, doit faire consulter un médecin au plus vite.

Maeterlinck, Maurice : Maurice Maeterlinck, né le 29 août 1862 à Gand (Belgique) et mort le 6 mai 1949 à Nice (France), est un écrivain francophone belge, prix Nobel de littérature en 1911. Figure de proue du symbolisme belge, il reste aujourd'hui célèbre pour son mélodrame Pelléas et Mélisande (1892), sommet du théâtre symboliste mis en musique par Debussy en 1902, pour sa pièce pour enfants L’Oiseau bleu (1908), et pour son essai inspiré par la biologie La Vie des abeilles (1901), œuvre au centre du cycle d'essais La Vie de la natureIl est aussi l'auteur de treize essais mystiques réunis dans Le Trésor des humbles (1896), de poèmes recueillis dans Serres chaudes (1889), ou encore de Trois petits drames pour marionnettes (1894). Son oeuvre fait preuve d'un éclectisme littéraire et artistique propre à l'idéal symboliste.

Matador : Le matador (de l'espagnol matar : tuer) est le personnage central de la corrida. Torero principal et chef de la cuadrilla, c'est lui qui est chargé de mettre à mort le taureau.

Peon : Le peón (« valet » en espagnol) est un torero subalterne aux ordres du matador. Chaque cuadrilla (équipe des assistants du matador) compte trois peones.

Picador : Dans une corrida, le picador (synonyme : piquero) est un torero à cheval dont le rôle consiste à piquer le taureau lors du premier tercio.  

Pinasse : Une pinasse (bassin d'Arcachon) ou pinassote est une petite embarcation à fond plat, à voile au tiers et avirons puis à moteur. Elle est utilisée traditionnellement pour la pêche et l'ostréiculture.

TorilLe toril est le lieu de l'arène où l’on tient les taureaux enfermés avant le combat. Il existe plusieurs catégories de toreros, en fonction des différents types de courses : matador, picador, banderillo...

Torero : Dans le monde de la tauromachie, le torero est celui qui affronte le taureau lors d'une course de taureaux. Son équivalent féminin est une torera. Le terme toreador n'est plus utilisé.

Vivier : Un vivier est un réservoir où sont placés les poissons et crustacés capturés pour les conserver vivants jusqu'au moment de leur consommation ou distribution. Par extension, toute pièce d'eau, même artificielle, où s'exerce la pisciculture est appelée « vivier ».

BromureEn doses thérapeutiques, le bromure a des propriétés sédatives et anticonvulsivantes. Il est historiquement le premier médicament antiépileptique introduit dans la deuxième moitié du XIXe siècle et supplanté au début du XXe siècle par les barbituriques. Son utilisation reste préconisée dans le cadre d'épilepsies réfractaires de l'enfance, particulièrement en Allemagne et au Japon. Une rumeur très répandue dit qu'il était incorporé à la nourriture et au vin distribués aux soldats durant la Première Guerre mondiale, le bromure étant dans cette légende urbaine présenté comme un anaphrodisiaque.

Chèvre-pied : Qui a des pieds de chèvre. Satyre. Dieu Pan, en tant qu'il est représenté avec un corps de satyre.

Chloral : Le chloral est un composé organique se présentant sous la forme d'un liquide incolore huileux à l'odeur piquante soluble dans une large gamme de solvants. Il réagit avec l'eau pour former de l'hydrate de chloral, autrefois très utilisé comme sédatif et hypnotique.

Kant, EmmanuelEmmanuel Kant, né le 22 avril 1724 à Königsberg, capitale de la Prusse-Orientale, et mort dans cette même ville le 12 février 1804, est un philosophe allemand, fondateur du criticisme et de la doctrine dite « idéalisme transcendental ». Grand penseur de l'Aufklärung (Lumières allemandes), Kant a exercé une influence considérable sur l'idéalisme allemand, la philosophie analytique, la phénoménologie, la philosophie postmoderne, et la pensée critique en général. Son œuvre, considérable et diverse dans ses intérêts, mais centrée autour des trois Critiques, à savoir la Critique de la raison pure, la Critique de la raison pratique et la Critique de la faculté de juger, fait ainsi l'objet d'appropriations et d'interprétations successives et divergentes.

Souillarde : Baquet pour recevoir les soudes lessivées. Petite pièce où étaient faits les gros travaux de cuisine (avec une souillarde) et dont la fraîcheur permettait de conserver la nourriture.