Franz Kafka est un écrivain pragois de langue allemande et de religion juive, né le 3 juillet 1883 à Prague (alors empire austro-hongrois) et mort le 3 juin 1924 à Kierling. Il est considéré comme l'un des écrivains majeurs du XXe siècle.

z08

1906

Il est le fils de Hermann et Julie Kafka, issue d'une riche famille de Poděbrady. Il a deux frères, Georg et Heinrich, morts en bas âge, et trois sœurs plus jeunes, Gabriele, Valerie et Ottilie. Kafka a une enfance solitaire. Sa langue maternelle est l'allemand, comme pour près de 10 % de la population de Prague à l'époque.

Les Kafka sont juifs. Kafka décrit son père, avec lequel il a des relations difficiles, comme dominant et prétentieux. Bien qu'il n'ait pas un rapport intense avec sa mère, il s'identifie fortement avec la famille de celle-ci, réputée intellectuelle et spirituelle, contrairement à celle de son père. Son éducation juive se limite à la célébration de sa Bar Mitsva à l'âge de treize ans et à sa participation quatre fois par an aux services de la synagogue.

Après l'enseignement primaire, il est admis au collège d'État à Prague, le Altstädter Deutsches Gymnasium germanophone. Il finit son éducation en 1901. Très tôt, il s'intéresse à la littérature et aux idées socialistes. Il passe ses vacances à la campagne, chez son oncle Siegfried, un médecin de Triesch.

Après son baccalauréat (1901), Kafka commence ses études à l'université Charles de Prague. Après deux semaines de cours en chimie, il décide d'étudier le droit. Il suit cependant aussi des cours de germanistique et d'histoire de l'art. Il voyage un peu. Il se joint au Lese und Redehalle der Deutschen Studenten, une association étudiante qui, parmi d'autres choses, organise des événements et des présentations littéraires.

En 1902, il fait la connaissance du poète Max Brod, qui sera son ami le plus influent et publiera la plus grande partie de son œuvre après sa mort. En 1906, il est reçu docteur en droit et fait un stage d'un an, en service civil, au tribunal de Prague. En 1909, il publie ses premiers essais de prose dans le magazine munichois Hyperion

z09

La résidence de Kafka à Prague de 1889 à 1896

Le 1er novembre 1907, il entre au service de Assicurazioni Generali une compagnie d'assurance. Après n'y avoir travaillé que neuf mois, il en démissionne parce que les longues heures de travail l'empêchent d'exercer sa grande passion, l'écriture... Deux semaines plus tard, il entre néanmoins au service d'une autre compagnie, l’Arbeiter-Unfall-Versicherungs-Anstalt für das Königreich Böhmen, où il travaillera jusqu'à sa retraite prématurée en 1922. 

Parallèlement à son travail, Kafka continue d'écrire, le soir, jusque tard dans la nuit. 

Kafka entretient des relations compliquées avec les femmes. En 1912, il rencontre la Berlinoise Felice Bauer. Durant les cinq années qui suivent, une correspondance intense se développe. Ils se rencontrent de temps à autre, ce qui aboutit deux fois à des fiançailles. Du côté de Kafka, il s'agit surtout d'un amour platonique, qu'il entretient principalement par ses lettres. En 1917, il crache régulièrement du sang et on pose le diagnostic de tuberculose. Cela conduit à une plainte de nature presque obsessionnelle dans ses lettres à Felice, et l'utilisation de sa maladie comme raison pour rompre ses fiançailles. Mais il voit aussi son statut d'écrivain comme un handicap pour une vie de famille « normale », ce qui serait devenu un énorme problème avec une Felice moins intellectuelle et plus débordante de vie.

En 1919, Kafka se fiance avec Julie Wohryzek, mais son père s'oppose fortement à cette relation. Elle se termine la même année — d'après ce que l'on sait, à l'initiative de Julie —, mais le conflit fait que Kafka adopte une position encore plus antagonique à l'égard de son père.

Au début des années 1920, une relation de courte durée, mais très intense, se développe entre Kafka et la journaliste et écrivaine anarchiste tchèque Milena Jesenská. De toutes les femmes de sa vie — il a eu encore diverses liaisons —, Milena a peut-être le mieux compris cet écrivain hypersensible et, au moins lors de leurs rares rencontres, elle l'aide à surmonter ses craintes. Mais finalement, il se sent mal à l'aise avec cette artiste flamboyante.

Kafka, qui montre des signes d'hypocondrie, souffre, ainsi qu'on le pense maintenant, de dépression clinique et de phobie sociale, mais présente aussi des phénomènes vraisemblablement liés au stress, tels que des migraines, insomnies, constipations et furoncles. Il se méfie de la médecine allopathique et essaye de combattre ses maux avec des cures naturopathes, un régime végétarien et en buvant du lait non pasteurisé. Il profite de ses vacances pour suivre des cures de repos dans des sanatoriums, pour lesquelles son employeur lui octroie souvent des congés exceptionnels. En 1922, l'écrivain part en préretraite, à cause de son état général de santé déficient.

En 1923, il part pour quelque temps à Berlin, espérant pouvoir mieux se concentrer sur l'écriture, loin de l'ingérence de sa famille. C'est à cette époque qu'il rencontre Dora Diamant, qui devient sa compagne. C'est auprès d'elle qu'il goûte finalement un peu de bonheur conjugal, alors qu'il ne le croyait plus possible. Ensemble, ils envisagent d'émigrer en Palestine. Sioniste convaincu, il voit la haine grandir contre les Allemands et les juifs.

Bien que la situation personnelle de Kafka se soit fortement améliorée après son déménagement à Berlin, et qu'il écrive à nouveau beaucoup, l'hiver marqué par l'inflation de 1923-1924 à Berlin se révèle à nouveau funeste pour sa santé déjà chancelante. Les biens de consommation essentiels se font rares et il doit en faire venir de Prague ; de plus, le froid dans le logement mal chauffé n'est pas favorable à sa guérison. Lorsqu'en mars 1924, l'état de Kafka s'est à ce point aggravé que son ami Brod l’emmène avec lui à Prague ; en avril, on lui diagnostique une tuberculose du larynx.

Il est alors clair que Kafka n'en a plus pour longtemps car on ne dispose pas à cette époque de médicaments efficaces ; l'écrivain s'alimente de plus en plus difficilement.  

Kafka est admis au sanatorium de Kierling, près de Vienne, où il meurt à l'âge de 40 ans le 3 juin 1924, Dora Diamant à ses côtés. Son corps est ramené à Prague, où il est enterré le 11 juin 1924 dans le nouveau cimetière juif du quartier de Žižkov.

Œuvres

  • 1912 : Regard 
  • 1913 : Le Verdict 
  • 1913 : Le Soutier
  • 1915 : La Métamorphose
  • 1919 : La Colonie pénitentiaire 
  • 1919 : Un médecin de campagne
  • 1922 : Un champion de jeûne 

Œuvres publiées après sa mort :

  • 1925 : Le Procès 
  • 1926 : Le Château 
  • 1927 : L'Amérique 
  • 1931 : Le Terrier 
  • 1937 : Journal intime 
  • 1945 : Paraboles 
  • 1944 : La Muraille de Chine 
  • 2009 : Cahiers in-octavo 
  • 2010 : Les Aphorismes de Zürau

D'après Wikipédia