Un joli conte rural où fleurent peut-être un peu trop les bons sentiments.

INCIPIT

Le père Barbeau de la Cosse n'était pas mal dans ses affaires, à preuve qu'il était du conseil municipal de sa commune.

00

RESUME

Pour préserver la bonne santé financière de la famille, après une série d'années peu fructueuses, le père Barbeau, profitant d'une offre de son voisin de prendre un de ses deux jumeaux à son service, décide qu'il est temps de les séparer. La nouvelle chagrine fort les jumeaux, alors âgés de quatorze ans. Ce sera Landry, légèrement plus fort et moins sensible, qui sera placé chez le père Caillaud. Landry part secrètement le matin pour ne pas chagriner trop son frère. Le temps passe. Landry s’accoutume à sa nouvelle situation, mais l’ennui et le chagrin de Sylvinet augmentent, si bien qu’un jour, il s’enfuit et ne revient pas. Alarmé, Landry part à sa recherche, en vain.

Après avoir visité toutes leurs cachettes d'enfance et épuisé toutes ses idées sur la possible localisation de son frère, Landry se résout à demander de l'aide à la vieille Fadet que la rumeur locale dit sorcière, mais celle-ci refuse non seulement de l'aider mais le rejette car les bessons ont été mis au monde par la mère Sagette et non elle. Dépité, il envisage de rentrer lorsque Fanchon Fadet, une fille laide, mal élevée et mal habillée, l'interpelle. Elle est la petite-fille de la vieille Fadet qui s'occupe d'elle et de son frère depuis que leur mère est partie, vraisemblablement pour suivre une troupe de soldats, et que leur père est mort du chagrin et de la honte de ce départ. Surnommée « la Petite Fadette » ou « Grelet » ou « Fanchon », elle est également prise pour une graine de sorcière. Elle lui indique l’endroit où son frère se cache en échange de la promesse d'obtenir de Landry ce qu’elle voudra. Landry veut tellement voir son frère qu'il accepte et finit par retrouver son frère en suivant les indications de la petite Fadette...

MON AVIS

C'est très vite lu et même si un grand charme s'en dégage, ça reste très cliché, avec la jeune fille laide et détestée de tous qui s'avère belle, bonne, talentueuse... et même riche. Le thème de la gémellité aurait pu être intéressant mais le roman est trop court pour qu'il soit vraiment développé.

CE QU'EN DIT WIKIPEDIA

La Petite Fadette est paru en 1849. Il fait partie du groupe de livres dits « romans champêtres » de l'auteur, qui s'intéressent au monde paysan de la région du Berry, comme L a Mare au diable. Le personnage principal, la Petite Fadette, est la petite-fille d'une sorcière de village et a elle-même mauvaise réputation en raison des pouvoirs de sorcière qu'on lui attribue. 

Les thèmes du roman sont la gémellité, la vie à la campagne, l'amour, les divergences sociales et aussi la sorcellerie. Fadet, Fadette sont des mots dérivés du mot fée, fada en occitan, qui provient du latin Fata.

01

Feu follet

Il en est souvent question dans le roman ; il apparaît près des lieux où se trouve la petite Fadette, pour accentuer son côté mystérieux et la crainte que la nuit et les brumes inspirent à tous.

Le feu follet est une manifestation lumineuse ayant l'apparence d'une petite flamme. Connue et décrite depuis longtemps, cette manifestation a longtemps été vue comme celle d'esprits malins oud'âmes en peine venues hanter les forêts désertes, les marécages et les cimetières, et fait l'objet d'un folklore important, tant sur l'origine de ces esprits que sur les façons de s'en débarrasser.  

Il peut se présenter sous la forme d’une lueur pâle de couleur bleutée, parfois jaunâtre ou vermillon, en forme de flammèche flottant dans l’air à une faible hauteur au-dessus du sol ou de l’eau. La lumière est plus ou moins diffuse, vacillante et brève. Certains feux follets pourraient persister dix à trente secondes, voire exceptionnellement plusieurs minutes. Selon les témoins, ils ne produisent pas de fumée ni n’enflamment les objets, ni ne brûlent les herbes avec lesquelles ils sont en contact. Ils ont beaucoup été observés dans ou autour des marais, et surtout dans les cimetières. Avec le drainage et la régression des zones humides et des forêts inondées, ainsi que l’enterrement des morts dans les cercueils, les feux follets sont devenus plus rares.

Le phénomène a reçu diverses explications :

  • Vers le XVIIIe siècle, des physiciens évoquent une matière visqueuse et glaireuse (rappelant des œufs de grenouilles) qui serait sublimée dans l’air sous l’action de la chaleur solaire et y deviendrait lumineuse à la manière des phosphores.
  • En 1704, Isaac Newton cite les feux follets dans son traité Opticks comme des « vapeurs s’élevant des eaux putréfiées.
  • L’explication la plus fréquente a ensuite été qu’il s’agirait d’une émanation conjointe de méthane à partir de plantes en décomposition et de formes chimiques du phosphore et/ou d’hydrogène phosphoré émis par la décomposition d’un cadavre animal, le tout s’enflammant spontanément à l’air libre. Ceci expliquerait les feux follets observés dans les cimetières, dus aux gaz de décomposition des cadavres quand ils n'étaient pas ensachés dans une housse mortuaire et un cercueil.
  • L’absence de phénomène de combustion ou brûlure visible laisse penser qu’il s’agit plutôt d’une lumière froide de type phosphorescence, qu’une flamme véritable.
  • Le phénomène pourrait dans certains cas avoir été confondu avec un phénomène électrique de type électricité statique, feu de Saint-Elme ou foudre en boule.

02

Les feux follets sont décrits, dans le folklore français, inspiré des croyances catholiques comme des âmes en peine qui ont besoin de prières pour sortir du Purgatoire, il peut s'agir d'enfants morts sans baptême ou d'esprits mauvais qui cherchent à entrainer les voyageurs nocturnes dans les marais et les précipices, ou au fond des forêts. Les feux follets se manifestent uniquement la nuit, et en particulier autour de la période de l'avent. Les feux follets étaient vus dans la région de Pont-Audemer comme les spectres de femmes pécheresses condamnées à garder cette apparence sept ans durant.

Les feux follets du lac de Sewen, fréquents par temps chaud et humide, ont contribué à la légende selon laquelle le lac serait hanté par le fantôme d'un fermier frappé par la foudre un soir d'orage. 

MES EXTRAITS FAVORIS

Il se jeta alors sur l'herbe, et regarda le follet qui poursuivait sa danse et son rire. C'était vraiment une vilaine chose à voir. Tantôt il filait comme un martin-pêcheur, et tantôt il disparaissait tout à fait. Et, d'autres fois, il devenait gros comme la tête d'un boeuf, et tout aussitôt menu comme un oeil de chat ; et il accourait auprès de Landry, tournait autour de lui si vite qu'il en était ébloui ; et enfin, voyant qu'il ne voulait pas le suivre, il s'en retournait frétiller dans les roseaux où il avait l'air de se fâcher et de lui dire des insolences.

***

Il se retourna en entendant une grande clameur ; et il vit la petite Fadette que Madelon et les autres filles avaient livrée aux moqueries de leurs galants, et que les gamins, encouragés par les risées qu'on en faisait, venaient de décoiffer d'un coup de poing. Elle avait ses grands cheveux noirs qui pendaient sur son dos, et se débattait toute en colère et en chagrin ; car, cette fois, elle n'avait rien dit qui lui méritât d'être tant maltraitée, et elle pleurait de rage, sans pouvoir rattraper sa coiffe qu'un méchant galopin emportait au bout d'un bâton. Landry trouva la chose bien mauvaise, et, son bon coeur se soulevant contre l'injustice, il attrapa le gamin, lui ôta la coiffe et le bâton, dont il lui appliqua un bon coup dans le derrière, revint au milieu des autres qu'il mit en fuite, rien que de se montrer, et, prenant le pauvre grelet [autre surnom de la petite Fadette], il lui rendit sa coiffure.

***

Elle consulta plusieurs médecins sur sa santé et ils lui dirent, les uns qu'il fallait le ménager beaucoup et ne plus lui faire boire que du lait, parce qu'il était faible ; les autres, qu'il fallait le faire travailler beaucoup et lui donner du bon vin, parce qu'étant faible, il avait besoin de se fortifier. Et la mère Barbeau ne savait lequel écouter, ce qui arrive toujours quand on prend plusieurs avis.