Anne Brontë (17 janvier 1820 - 28 mai 1849) est, comme ses sœurs Emily Brontë et Charlotte Brontë, une femme de lettres britannique.

Anne naît dans le village de Thornton, dans le Yorkshire, dernière de six frère et sœurs. Sa mère, Maria Branwell Brontë, meurt d'un cancer un an plus tard, en 1821, après l'installation de la famille à Haworth, où leur père, Patrick Brontë, a été nommé vicaire perpétuel. Dans sa petite enfance, ses deux sœurs aînées, Maria et Elizabeth, meurent de la tuberculose. Leur père, Patrick Brontë, et leur tante maternelle, Elizabeth Branwell, décident de laisser aux enfants une grande liberté.

z08

Portrait d'Anne, par Charlotte 

Un cadeau, offert par leur père à Branwell (douze soldats de bois), en juin 1826, stimule leur imagination : à partir de décembre 1827, Charlotte, Emily, Anne et Branwell commencent à créer des mondes imaginaires, avec la Confédération de Glass Town, qu'ils mettent en scène dans des récits, des poèmes, des articles de journaux, des pièces de théâtre.

En 1831, Charlotte les quitte pour poursuivre ses études chez Miss Wooler à Roe Head. Emily et Anne font alors sécession et créent le Pays de Gondal, plus rude et plus austère, et dirigé par une femme, Augusta Geraldine Almeda. Le nouveau cycle est mené par Emily et par Anne malgré leurs séparations fréquentes. Anne, en effet, est longtemps gouvernante dans plusieurs familles. C'est dans la cadre de Gondal que la plupart de leurs poèmes sont élaborés.

Les poèmes d'Anne sont publiés, en même temps que ceux d'Emily et Charlotte, en 1846, sous le pseudonyme d'Acton Bell.
 
Gouvernante à moins de 19 ans, Anne est remerciée de son premier emploi au bout de deux trimestres. Puis elle trouve une place chez le révérend Edmund Robinson, qui a trois filles et un fils de neuf ans, chez lequel elle demeure quatre ans. Peu après la mort de son frère Branwell et de sa sœur Emily en septembre et décembre 1848, Anne meurt en mai 1849, de la tuberculose, dans la station balnéaire de Scarborough, dans le Yorkshire, où elle s'est rendue accompagnée de Charlotte, avec l'espoir que l'air marin lui ferait du bien. 

D'après sa sœur Charlotte, Anne avait un esprit empreint de religiosité, une nature sensible, habitée par une certaine mélancolie. Plutôt réservée, elle masquait ses pensées et ses sentiments sous une sorte de « voile de nonne rarement soulevé ».

z09

Portrait par Charlotte

Les influences littéraires révélées par Agnès Grey et La recluse de Wildfell Hall sont beaucoup moins nettes que dans les œuvres de ses sœurs : ses deux romans sont largement fondés sur son expérience de gouvernante pour le premier et sur le spectacle de la déchéance de son frère Branwell Brontë pour le second. De plus, ils s'appuient sur un certain réalisme et tentent de présenter les faits racontés sans travestissement. Anne est, en effet, habitée par la conviction, héritée de son père et de son enseignement biblique, qu'un livre doit offrir une leçon morale exemplaire.

Outre l'éducation donnée par Patrick Brontë, Anne subit aussi l'influence de sa tante, Elizabeth Branwell qui est une ardente Méthodiste. Sa rigueur morale, son sens de l'amélioration personnelle par l'effort et l'étude sont transmis à tous les membres de la famille et trouvent un écho particulier chez la plus jeune des sœurs.

L'œuvre d'Anne laisse également transparaître l'influence de Walter Scott et des romans gothiques d'Ann Radcliffe, d'Horace Walpole, de Gregory « Monk » Lewis ou de Charles Maturin, mais de façon beaucoup moins nette que chez Charlotte et Emily.  

Son second roman, La Recluse de Wildfell Hall, défie la morale qui prévaut à l’époque. Charlotte empêchera la republication de l'ouvrage pour ce motif après la mort d'Anne.

Œuvres

  • Poèmes par Currer, Ellis et Acton Bell, 1846
  • Agnes Grey, 1847
  • La Recluse de Wildfell Hall, 1848

D'après Wikipédia